Sexy Mag rencontre Olivia, animatrice de tel rose

Olivia travaille dans le domaine du téléphone rose depuis dix ans et très peu de personnes de sa famille sont au courant. La jeune femme a un peu honte de son travail. Nous avons donc changé son prénom pour la rédaction de cet article. C'est dans un petit café de Marseille proche de la Gare Saint-Charles que nous avons rendez-vous avec la jeune femme de 35 ans. Quand elle arrive, nous sommes étonnés par la pureté de son visage et par la jeunesse de sa silhouette. Sans doute imaginions-nous une jeune femme plus abîmée, plus "vulgaire" dans son habillement et dans ses manières.

Tel rose sans attente

Sexy mag : Bonjour Olivia, merci d'avoir accepté la demande d'interview de "Sexy Mag". Pouvez-vous nous expliquer comment vous est venue l'idée de devenir animatrice de telephone rose? Olivia : En réalité je n'ai jamais eu cette idée-là. J'ai simplement été contactée par ma voisine de pallier qui savait que j'avais du mal à joindre les deux bouts. Elle m'a proposé de la rejoindre dans son "call center" pour gagner quelques sous depuis mon domicile. J'ai tout de suite été attirée par la facilité qu'offrait ce job.

Sexy mag : Faut-il être accro au sexe pour être hôtesse de tél rose? Olivia : Oui, je pense qu'il faut être très à l'aise avec les questions liées à la sexualité. Il faut être capable de tenir une conversation avec un homme qui évoque des pratiques sexuelles telles que la sodomie, les pratiques SM ou encore l'amour à plusieurs. Les hôtesses qui n'arrivaient pas à entrer dans la peau de l'animatrice sexy et folle de sexe n'ont pas fait long feu dans le call center.

Sexy mag : Combien gagnez-vous grâce à ce job? Olivia : Cela est très variable car j'ai un autre emploi en parallèle. Si je suis en forme et que je peux travailler la nuit alors je peux gagner beaucoup d'argent grâce à ce métier. Mais dans ce milieu on ne parle pas d'argent comme cela alors je ne vous donnerai pas de chiffre...

fr ch lu ca